Impression 3D, en route vers la révolution ?

index-31Un article d’Alexandre Martinet

Depuis quelques mois l’impression 3D est présentée comme la nouvelle révolution industrielle, économique et même culturelle : retour sur un phénomène.

Nan mais allo quoi ? Tu t’intéresses aux NTIC et tu connais pas l’impression 3D ??

Pourtant  le principe de l’impression 3D  n’est pas tout jeune car il date des années 1990. Bon pas d’inquiétude, si vous ne connaissiez pas encore le phénomène, ce n’est pas parce que vous avez vécu dans une dimension parallèle durant ces 20 dernières années, c’est juste que le procédé était jusqu’alors réservé à l’industrie.

En effet, même si le phénomène commence à être connu par le grand public, le procédé fut utilisé à l’origine dans le domaine de l’industrie pour faire des prototypes. Ainsi, autrefois réservée aux ingénieurs et grandes entreprises, l’impression 3D se diffuse aujourd’hui à grande vitesse dans le monde des PME mais aussi auprès du grand public. C’est un vieux fantasme qui devient réalité, celui de pouvoir créer ses propres objets et les imprimer depuis son salon.

impression3d_4 impression3d_5

Mais comment ça marche ?

L’imprimante 3D fabrique des objets sur mesure, en 3 dimensions, à partir d’un fichier créé à partir d’un logiciel de conception 3D que l’on trouve très facilement et qui est surtout très abordable (voire gratuit), comme Sketchup, Makerware ou 123D. Si vous étiez nul en trigonométrie à l’école et que vous préfériez jouer à Action Man plutôt qu’aux mécanos quand vous étiez petits, pas de soucis, vous trouverez des modèles déjà tout faits. Une fois votre fichier créé, il suffit de lancer l’impression. Le principe de l’impression 3D peut être comparé à celui de l’impression jet d’encre classique. Mais au lieu d’avoir une buse qui projette de l’encre, l’imprimante 3D projette le matériau choisi (généralement un polymère) en plusieurs couches qui se superposent pour donner une forme à l’objet. Une fois les couches terminées, elles sont fusionnées, et l’objet ainsi fabriqué est durci.

impression3d_1

Bon, je vous vois déjà redescendre de votre nuage avec la question fatidique du prix. Mais si le coût d’une telle machine se chiffrait en dizaines de milliers de dollars dans les années 1990, il a largement baissé. Le prix des imprimantes 3D oscille aujourd’hui entre 1000 et 2000 €, avec une entrée de gamme  à 375 euros (chez Solidoodle). Alors, heureux ?

Oui, c’est génial, mais après ?

Si vous êtes un humaniste  dans l’âme, vous vous demandez ce que cela pourra changer à part assouvir un autre désir purement individualiste et occidental. Allez, déridez vous un peu, l’impression 3D va changer le monde, on vous dit !!!

L’impression 3D représente en effet un véritable bouleversement dans votre quotidien. Aujourd’hui on en retrouve le principe partout : pour imprimer une jolie coque originale pour son dernier Smartphone, mais aussi dans la impression3d_6mode pour imprimer les vêtements, dans la bijouterie, dans la médecine (car oui aujourd’hui il est possible d’imprimer des organes, voir cet article du Point).

Un ingénieur américain a même conçu une imprimante 3D géante qui devrait être capable de bâtir une maison en 24 heures, murs en béton, plomberie et électricité inclus (vidéo ici). Encore plus fort : une étude a été menée par les Américains et les Européens pour bâtir une base lunaire avec du sable prélevé sur place (voir cet article de la European Space Agency).

Révolution dans les ménages donc, mais aussi révolution industrielle.

Si le Fordisme a signé l’ère de la standardisation, l’impression 3D pourrait signer celle de la personnalisation. Il suffirait alors de modifier le modèle virtuel sans devoir remplacer toute une chaîne de production.

L’impression 3D représente également une révolution économique.

« L’impression 3D va rapidement être disponible dans des kiosques ou des boutiques, créant de nouvelles opportunités pour les détaillants et d’autres business », prédit Pete Basiliere, analyste chez Gartner dans un article du Figaro de mars 2013 (disponible ici). On observe ainsi le développement de centres d’impression louant leur matériel. En Belgique et aux Pays-Bas, la chaîne Staples a lancé un service d’impression en ligne et en boutique, sur le modèle de la photographie.

Pour Éric Carreel, cofondateur de Sculpteo, cité par le même article du Figaro, l’impression 3D peut être un remède pour notre économie et elle « va permettre de relocaliser en France des productions parties vers l’Asie ».

En restant raisonnable nous pouvons tout de même signaler que cette nouvelle industrie devrait peser 5 milliards de dollars en 2020, selon Wohlers Associates.

Et c’est quoi le hic ?

Comme dans toute révolution, certains problèmes surgissent déjà. Ainsi peut-on très bien imaginer que la possibilité donnée à tout un chacun d’imprimer des objets à la demande et à volonté risque d’engendrer une explosion de la contrefaçon. Les lois sur le copyright devront alors  s’adapter, alors que le site BitTorrent The Pirate Bay propose depuis peu une catégorie « objets physiques ».

impression3d_2

Enfin cette possibilité de création tous azimuts peut poser un problème, car si on peut imprimer une coque d’iPhone inoffensive, il est également possible d’imprimer des armes à feu (c’est ce que propose notamment le site http://defensedistributed.com/).

impression3d_3

En conclusion, l’impression 3D a tous les attributs d’une révolution, porteuse d’espoir, mais aussi de nouveaux dangers.

Alexandre Martinet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s