L’intelligence économique fait son cinéma !

Comment raconter une histoire autour de l’intelligence économique ? L’intelligence économique peut-elle faire l’objet d’un film ? Comment est alors perçue l’intelligence économique par les cinéastes et comment définissent-ils l’intelligence économique ?

thirtdarkzero Depuis une vingtaine d’années, les productions cinématographiques diffusent des films, grand public ou non, s’approchant du thème de l’intelligence économique. En dépassant l’amalgame fait entre intelligence économique et métier d’espionnage (James Bond n’a pas fait de master d’IE d’après moi !), depuis quelques années des sujets surgissent tels que le lobbying ou l’analyse de l’information et le processus de prise de décision dans le domaine militaire.

Il faut d’abord comprendre que l’intelligence économique n’est pas un métier uniforme. Il est au contraire une accumulation de divers métiers rassemblés autour d’un même objectif : le traitement de l’information en vue de sa diffusion à des fins stratégiques. C’est dans ce cadre que nous pouvons considérer les métiers de lobbying, d’analyse, de marketing stratégique, de knowledge management et de veille comme des composantes de l’intelligence économique. Certains métiers sont plus ou moins faciles à intégrer dans une approche de récit : ajoutez à cela certains thèmes sensibles qui passionnent les foules tels que le domaine militaire ou la politique et c’est gagné !

Après des années de films d’espionnage vides de sens, le plus souvent dédiés aux courses poursuites et aux gadgets technologiques impossibles, le cinéma a su évoluer vers une vision plus intellectuelle du métier de « traqueur » d’information. Aujourd’hui, la cible à atteindre n’est plus poursuivie par trente hélicoptères et une centaine de voitures d’agents de la maréchaussée, mais plutôt par un long travail d’enquête, de recherche d’information à travers diverses sources écrites et orales, ponctué de points de situation avec les différentes parties managériales.

Cette nouvelle vision du métier (d’analyste) est très intéressante car elle préfigure une prise de conscience par Hollywood du rôle déterminant que joue cette profession dans la réussite d’un projet stratégique. Les héros ne sont plus tant des personnes d’action, mais des femmes et des hommes réfléchis qui intègrent dans leur étude la dimension documentaire et cognitive si chère à notre métier. Au final, les intrigues principales sont à présent basées sur la recherche d’information, la compréhension et l’interprétation des informations, la distinction entre information fausse et information vérifiée, jusqu’au suspense de la décision prononcée.

homelandNous retrouvons cette vision du métier dans des films tels que Zero Dark Thirty ou Coup d’Etat, ou encore dans la série Homeland centrée autour d’une femme analyste. Dans Homeland justement, le métier d’analyste est décortiqué : de la veille à l’application de la décision finale découlant de la prise de décision, en passant par la recherche des sources adéquates, le traitement de l’information et la cartographie des données. Le long travail de la recherche d’information prend toute sa place dans la série télévisée. Bien que toujours attaché au domaine militaire, nous pouvons globaliser en expliquant qu’il s’agit de comprendre une entreprise ou une personne en décortiquant son histoire, ses relations, son réseau d’influence, ses objectifs, freins et leviers.

Même combat pour la protagoniste du film Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow sorti en 2012. La majorité du temps est consacré à la recherche d’information sur sa cible, mais ce qui est très intéressant, et finalement peu montré ainsi dans les films, est le détail du processus de prise de décision via les différentes salles de gestion de crise (situation room, decision room). Ce modèle américain de la séparation des activités est brillamment exposé dans ce film.

thankyouforsmokingAutre métier de plus en plus reconnu dans le cinéma : le lobbying. Ce métier est parfait pour le genre « suspense d’Etat », pour les amoureux des intrigues longues et sans rebondissements angoissants. L’objectif est avant tout de raconter l’histoire d’un projet d’industrialisation et de vente d’un projet en passant par les feux verts des autorités pour le bien de l’entreprise. Cette facette de l’intelligence économique est entre la recherche d’information et la communication auprès des personnes de pouvoir. A titre d’exemples, nous retiendrons un film : Thank you for smoking de Jason Reitman, sorti en salle en 2006, qui traite du parcours d’un lobbyiste doué en communication qui s’engage dans une croisade pour redorer l’image de la cigarette et déjouer les stratégies de ses adversaires anti-tabac (pas n’importe lesquels, des sénateurs ou des malades atteint d’une maladie grave notamment).

Bien évidemment, cette liste de films sur le thème de l’intelligence économique n’est pas exhaustive.

En conclusion, même s’il s’avère que les métiers de l’intelligence économique prennent un nouveau tournant aux yeux d’Hollywood et pour le grand public, j’espère néanmoins que la palette des métiers et des secteurs d’activité se diversifiera dans les années à venir.

Et vous, quels films vous ont marqué sur le sujet ?

Plus de films sur le blog de Ionut Taglieri en cliquant ici http://concept-ie.info/?page_id=328

4 réflexions au sujet de « L’intelligence économique fait son cinéma ! »

  1. Ping : L’intelligence économique fait son...

  2. Le film ‘Duplicity’ de Tony Gilroy, avec Julia Roberts et Clive Owen, est en effet le parfait exemple de la guerre économique et la manipulation informationnelle qui peuvent se jouer dans le secteur industriel, en l’occurrence la chimie et les personal care, entre deux groupes concurrents américains. Le réalisateur n’hésite pas à mettre en relief les jeux de confiance/méfiance ou honnêteté/mensonge entre acteurs économiques et le rôle des cabinets d’espionnage engagés pour s’infiltrer et collecter les informations stratégiques.

    « La duplicité et le vol sont quotidiennement mis en avant en lieu et place de l’innovation et de la persévérance »

    Dans un discours d’introduction, le président d’un des deux groupes regroupe les directeurs de sa société dans une sorte de ‘war room’ pour leur expliquer à quel point la sécurité de l’information est primordiale pour la réussite de l’entreprise. Il annonce à cette occasion le lancement d’un produit qui leur permettra d’accéder au rang de leader incontesté et que pour cela, seul le secret de l’information peut les sauver. Il n’hésite pas à préciser en préambule qu’aujourd’hui il n’est plus assuré de prospérer même en étant innovant, talentueux et avec la volonté de gagner. Il ne suffit plus d’avoir les meilleures idées, les meilleures unités de production et les meilleures mises en marché des produits pour prospérer. Un seul objectif prime : être le plus puissant en anticipant les innovations d’autrui et en prenant tous les risques et toutes les initiatives possibles pour y arriver.

    Les moyens utilisés dans le film sont multiples : établissement d’hypothèse pour segmenter les recherche d’information, repère les analogies pour prioriser les actions, tableau chronologique pour identifier les mouvements, analyse des déplacements pour distinguer des activités anormales, infiltration dans les locaux, piratage des imprimantes, analyse des poubelles, vol de codes d’accès, …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s