Quatre idées reçues sur la Chine

La Chine, sujet d’étude récurrent tant sa prédominance est globale depuis une dizaine d’années. Toutefois, force est de constater que la distorsion entre la réalité du terrain et la vision de l’étranger s’opère sans peine.

2eme puissance mondiale, derrière les Etats-Unis, la Chine est un pays d’Asie du Sud d’Est de 9 677 009 kilomètres carrés de l’océan Pacifique à l’Himalaya. Sa population a atteint les 1 344 millions d’habitants en 2011, représentant 1/5eme de la population mondiale. Bref, imposante jusqu’au bout…

Pourtant, quatre idées reçues reviennent régulièrement : le taux d’épargne et les investissements fortement élevés, la consommation stagnante, la faible qualité des produits exportés de par sa main d’œuvre à bas coût et ses importants dégâts environnementaux.

François Blanc, chef du service des actions européennes et internationales à Agrimer et anciennement détaché aux affaires économiques de Shanghai pour la France, a apporté son regard sur la Chine lors de la conférence Anaj-IHEDN organisée le mardi 18 juin dernier. Il revient sur quatre points de vision discutable :

– taux d’épargne et d’investissement fortement élevés : Vrai mais pour une raison simple, les Chinois doivent rattraper leur sous-investissement de l’époque maoïste. Cet énorme investissement répond au besoin actuel du pays, et encore aujourd’hui, le pays est insuffisamment équipé. De plus, il rappelle que cela est une constance du modèle asiatique. La Corée du Sud et le Japon ont suivi la même tendance à leur âge d’or. Les infrastructures ne sont pas si surdimensionnées que cela car ils doivent faire face à un flux énorme de personnes, même si encore 50% de la population est rurale. Par ailleurs, la population épargne beaucoup parce que cela fait partie de la culture asiatique, mais également parce que 70% de la population est jeune et travailleuse (nécessité pour les jeunes couples désireux de réaliser leurs projets immobiliers), et de surcroit, un certain nombre de frais sont à leur charge, notamment les dépenses de santé et les frais universitaires (même si l’école est gratuite, l’université coûte très chère). Il s’agit donc davantage d’une épargne de sécurité.

– la consommation stagne en Chine : Faux. Sa croissance a explosé depuis 2005 (+8%). La Chine reproduit la situation du Japon d’il y a trente ans et de la Corée du Sud d’il y a vingt ans. Elle suit ses prédécesseurs et ne se distingue en rien. En revanche, la consommation diminue en proportion du PIB. La courbe d’augmentation de la consommation ne suit pas celle de l’augmentation de la richesse. Par ailleurs, il conserve sa place de n°1 pour le marché du luxe, de l’agroalimentaire, du vin, de production de véhicule, … quasiment tous les produits. Les revenus des ménages croient (taux de croissance de 6 à 8%) pour modifier la société chinoise vers une société de classe moyenne (=4000 à 12000 USD/an). Naturellement par rapport à ces évolutions, il y a depuis peu une forte demande en services, expliquant l’essor du tourisme des chinois à l’étranger.

– les produits sont de faible qualité et la main d’œuvre est peu payée : Vrai et Faux. La Chine est le premier producteur d’industrie lourde (acier, ciment, charbon) de par ses besoins accrus pour relever sa situation d’avant Mao, mais aussi le premier producteur de bières et de céréales pour citer d’autres ressources. Il faut savoir également que les chefs d’entreprise chinois ont déjà commencé à délocaliser leurs unités de production pour les produits de grande consommation. A présent, le gouvernement place ses efforts dans la recherche et le développement (innovation), si bien qu’il détient le 3 eme budget mondial en 2009 après les USA et l’UE. On compte 1,1 million de chercheurs chinois qui sont financés à 70% par les entreprises. Sa mauvaise image de production de produits de mauvaise qualité provient en partie d’accidents dus à une mauvaise maintenance. Mais des initiatives ont déjà été lancées par le gouvernement pour réviser les grandes infrastructures en perdition (comme le chemin de fer suite à un accident provoquant des dizaines de morts).

– dégâts environnementaux : bien qu’il y a encore énormément de pollution causée par l’économie chinoise (qualité de l’air due au charbon, cours d’eau impropre), le gouvernement a commencé par prendre des mesures allant dans le sens du développement durable. Le risque social est réel car d’une part la pollution dégrade la santé de la population, mais également parce que les manifestations s’accentuent dans les grandes villes. 40% des cours d’eau sont impropres à toute consommation et 70% des villes ne remplissent pas les critères de qualité de l’OMS. Considéré aujourd’hui par les autorités de « danger public », une politique de diminution de l’intensité énergétique, reforestation, sélection (écrémage) de projets polluants a été mise en place. La politique gouvernementale se veut ainsi plutôt volontariste sur le sujet. Il est d’ailleurs le 2eme investisseur mondial dans les énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien, solaire).

En conclusion : Malgré la très forte croissance économique qui a marqué la Chine ces dernières années, le niveau de vie des Chinois reste très inférieur à celui des Occidentaux. Il faut modérer notre jugement concernant la croissance et les investissements et avoir une approche critique tant sur le plan de l’épargne des Chinois que sur leur rapport à l’environnement.

Plus d’information sur : http://www.anaj-ihedn.org/conference-ou-va-leconomie-chinoise

Une réflexion au sujet de « Quatre idées reçues sur la Chine »

  1. Ping : Quatre idées reçues sur la Chine ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s